Le 11 novembre : un Jour-Mémoire

(actualisé le ) par Jean-Michel Guilhaumon

Le 11 novembre 1918, à cinq heures, l’Armistice est signé à Rethondes en forêt de Compiègne (80 kilomètres au Nord de Paris). Il met fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale sur le front occidental. Il entre en vigueur à onze heures.


Le maréchal Foch, au centre entouré du général Weygand, à gauche et de l’amiral Wemyss, à droite

Au front, alternent des scènes d’émotion, de joie et de fraternisation à l’annonce du cessez-le- feu. La liesse déferle sur la France.

Dans tous les villages et villes de France, les cloches sonnent...la Marseillaise est chantée à pleins poumons dans les tranchées.

A l’Assemblée nationale, à 16 heures, Clemenceau, chef du gouvernement, lit les conditions d’armistice, salue l’Alsace-Lorraine et rend hommage à la Nation.

Le 11 novembre 1918
11 heures du matin
11 ième compagnie
Ma chère bien-aimée pour la vie.
Tout est fini ; la paix est signée -on ne tue plus- le clairon sonne le cessez-le-feu. Je suis à Omont dans les Ardennes. Je pars à l’instant pour la frontière. Tant fait plus. Je suis maintenant hors de danger. Ne peux écrire plus longuement aujourd’hui.
Meilleurs douces caresse à vous tous. A toi bon baiser et à bientôt.
Lettre du soldats Marius Maillet, vingt-neuf ans en 1918