L’assassinat de Jean Jaurès

par Jean-Michel Guilhaumon

Le vendredi 31 juillet 1914 à 21h40, alors qu’il dîne au café du Croissant, rue Montmartre, dans le 2e arrondissement de Paris, Jean Jaurès est assassiné...
Il est atteint par deux coups de feu : une balle perfore son crâne et l’autre se niche dans une boiserie. Le célèbre homme politique s’effondre, mortellement atteint.


Ce meurtre met un terme aux efforts désespérés que Jaurès, socialiste et pacifiste avait entrepris depuis l’attentat de Sarajevo (28 juillet 1914) pour empêcher la guerre en Europe.

L’assassin est Raoul Villain, un Rémois de 29 ans, adhérant de la Ligue des jeunes amis de l’Alsace-Lorraine, groupement d’étudiants nationalistes, partisans de la guerre et proche de l’Action française (mouvement d’extrème droite) Il est arrêté et déclare avoir agi en solitaire pour « supprimer un ennemi de son pays ».

Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France...